Mon Amour

Un jour de Janvier 1967 un petit garçon est arrivé dans un petit village de Lorraine;on lui dit" Tiens, c'est ta vie, prends la et fais ton chemin ".

Alors il l'a prise et il est parti sur le chemin de la vie. Ses quinze premières années de marche lui parurent si simples, si belles, si facile qu'il en oublia vite les premières embûches qu'il croisa au détour de quelques sentiers escarpés... Puis les années avançant il se mit à rêver. C'était beau tout lui paraissait rose, il avait du bonheur et de la joie de vivre plein la tête. Mais voilà au bout de quelques années il s'aperçut que tout n'était pas rose, ni bonheur, ni joie de vivre, tout ça parceque certains êtres comme lui sont là pour tout détruire, tout casser, faire souffrir. Alors il a combattu sans relâche, étant bien décidé à ne pas se laisser abattre comme un vieux chêne, où l'on fera quelques planches pour faire un meuble.Il ne voulait pas devenir un meuble. Dix ans de lutte sans relâche à encaisser les coups les plus durs. Pourtant on disait:" ouais, c'est un dur, un vrai ".

Mon cul, aujourd'hui, c'est lui qui écrit et il peut le dire, ce n'est pas un dur, c'est un être de chair tendre qui a envie d'aimer et d'être aimé, mais il ne lui reste plus beaucoup de force, il pleure, il a mal. Depuis des années il court après le bonheur, mais celui-ci le fuit.

Chaque fois que j'approche ce bonheur il s'enfuit plus loin; je n'ai plus envie de courir, je suis fatigué.

Geneviève, il me reste une petite flamme au fond de mon coeur aide moi à en faire un feu de joie, je t'Aime tellement, dis-moi que cela y est, que je l'ai rattrapé ce bonheur qui me fuit depuis si longtemps. Tu viens de me faire passer les quatre plus beaux jours de ces dix dernières années, dis-moi que ce ne seront pas les dernières, qu'il est là ce bonheur et cette joie de vivre que certaines personnes se sont permis de prendre.

Je suis sur ton lit et je pleure comme un gosse. Je te revoie dans ce restaurant si belle si radieuse si épanouie et cela a été un vrai petit moment de bonheur pour moi, c'est comme dans un film. J'ai lu ton petit mot quand tu es partie, il m'a tordu les tripes. Tu sais on m'a détruit ma confiance, aide-moi à la reconstruire, ça fait si mal !!

J'ai envie de m'arrêter, de me reposer, de faire une pause sur le bout de chemin de la vie, mais je ne trouve pas de banc pour m'assoir, est-il encore loin, Je n'en sais rien, je ne sais plus, je n'y arrive plus. Fais-moi une place sur ton banc, laisse-moi me reposer un moment à tes côtés, il me reste encore un peu d'Amour à donner, si tu le veux il est pour toi.Prends le c'est gratuit, c'est de l'amour pur, c'est celui que j'avais gardé quand j'étais petit garçon du début,mais prends en soin ne le casse pas.Si tu veux nous pourrions reprendre le chemin ensemble, j'en ai marre de marcher tout seul.

Voilà, un sac vient de se vider,ça fait du bien, combien en reste-il? Je ne sais pas. Je vais me lever et fumer une clope pour me soulager. Je pense à toi très fort.

Je t'Aime de tout mon être.

Christophe    ( écrite fin été 1996 )

*J'ai voulu écrire cette lettre sur mon blog, avant tout parcequ'il me l'a écrite au crayon à papier et avec le temps cela s'efface; Je l'ai recopiée tel quel avec les fautes et la même ponctuation.

A chaque fois que je la relis, c'est une montagne de larmes qui m'envahit, donc inutile de vous dire dans quel état je suis en la mettant sur mon blog !!

Peut-être qu'un jour je vous mettrais ma réponse à cette magnifique ( pour moi ) lettre !