AMOUR DE JEUNESSE

Je t'ai gardé dans mon coeur de si longues années,

Lors d'un mariage nous avons été présentés.

Le coup de foudre fut presque immédiat,

Nous ne savions pas où cela nous mènerait.

Nous nous sommes écrit au fil des mois,

Toi qui étais si loin, toi mon Avignonnais.

L'été suivant nous nous sommes revus,

Et nous sommes restés gauches tant nous étions émus.

Mais ces quelques jours furent un vrai bonheur,

Moi encore mineure et toi déjà majeur.

L'armée nous a séparés pendant toute une année,

C'est à cette époque là, que je l'ai rencontré,

Et toi tu ne sortais qu'avec des filles ayant mon prénom,

D'ailleurs à l'une d'entre elles tu lui as offert ton nom.

Les années passant de trois garçons j'ai enfanté,

De cette union, de ton côté, trois filles en sont nées.

Tu m'as aidé à tenir moralement dans cet enfer,

Mais un jour, j'ai tout envoyé promener.

J'ai décidé de ne plus me laisser faire !

Après mon divorce, j'ai essayé de te contacter,

Par l'intermédiaire de mon amie ta soeur,

Qui m'a avoué que ce n'était pas le bonheur,

Mais toi, tu n'étais toujours pas divorcé.

Pour moi, la vie a repris son cours,

Remariée mais séparée jusqu'à ce jour.

Aucune nuit nous n'avons partagée,

Trop timides, nous n'avions pas osé.

Aujourd'hui, je le regrette sincèrement,

Etre dans tes bras quelques heures seulement.

Je ne t'ai jamais oublié, qu'es-tu donc devenu?

Les rides sur ton visage comme pour moi sont venues,

Nos cheveux se parent de quelques fils d'argent.

J'aurai tellement voulu te revoir, mon Amour de jeunesse,

Juste une fois, avant que nous rattrape la vieillesse.

Dans ma mémoire tu seras toujours le plus beau,

Et couché sur mes lèvres ton prénom Bruno.

 

          Geneviève Novembre  2012